Comment profiter au maximum de la vie ? Stratégie N°3

12 Juin 2013


Voici cette semaine la stratégie N°3 pour ne jamais avoir à se dire :

"J'aurais voulu avoir le courage d'exprimer mes sentiments"

Il s'agit du troisième des cinq regrets les plus fréquents des personnes avant de mourir (voir cet article), pour éviter le premier et le second regret, voir : Stratégie N°1 et Stratégie N°2.

Petite question :

Avez-vous appris à exprimer ce que vous pensez et ressentez vraiment, ou êtes-vous dans un reniement complet de ce que vous êtes en vous emmurant dans une forteresse de silence ?

Si vous vivez un peu ou totalement dans cette forteresse de silence, ce qui va suivre devrait vous permettre de vous en évader au plus vite !




L'expression est un des plus grands besoins de l'humain. Ceci est d'autant plus flagrant que lorsque quelqu'un va très mal l'outil principal des psychologues reste l'écoute. C'est-à-dire laisser la personne s'exprimer librement, avec ses pensées, ses émotions et tout ce qu'elle a envie de dire, sans censures. La plupart des professionnels que j'ai questionné à ce sujet pensent que cette écoute tranquille pourrait être responsable de plus de 75 % des résultats positifs des entretiens classiques avec un psychologue, peu importe le problème qui tourmente la personne.

Et je ne compte même pas le nombre d'études dont j'ai pris connaissance il y a quelques années qui montraient l'importance de l'expression sous toutes ses formes dans la vie humaine. D'ailleurs, n'est-ce pas là même une évidence, quelque chose qu'on peut observer tous les jours ?

Dans tous les cas il semble que c'est une très mauvaise idée de tout garder pour soi, qu'il s'agisse de sentiments ou de pensées. Mais alors, pourquoi donc tant de gens regrettent de ne pas s'être exprimés assez dans leur vie ?





Dans notre société individualiste chacun semble être seul dans son coin, et on peut souvent penser que ce qu'on aurait à dire n'est pas assez bon, pas assez intelligent ou pas assez digne de valeur pour être exprimé.

Dans cette société j'ai surtout l'impression que le climat majoritaire ressemble à : "Les choses sont ainsi, et comme cela, et comme ceci, et pas comme ça", franchement il est très rare que quelqu'un nous demande ce que l'on pense sincèrement de quelque chose, et encore moins sur ce que l'on ressent (ou alors vous avez de très très bons amis, ne les laissez jamais partir !).


Le besoin d'expression est un grand besoin humain, et pourtant à travers la télévision, la radio, les journaux, la publicité et les médias de toutes sortes, on nous rabâche à longueur de temps énormément de choses... mais en nous ne demandant quasiment jamais notre avis. La règle du jeu semble simple : tout le monde a le droit de s'exprimer mais personne ne viendra jamais (ou presque jamais) vous stimuler pour que vous vous exprimiez.

Mais alors, comment ne jamais regretter de ne pas avoir assez exprimé ses sentiments et ses pensées autour de soi ?




Comme toujours je vais vous proposer un plan d'action simple, l'action menant à des résultats concrets et les plans d'actions compliqués ne servant souvent à rien car irréalisables par la plupart des gens.

Il y a deux habitudes simples qui peuvent répondre totalement au besoin d'expression, pour toujours trouver le courage de dire ce qu'on a envie de dire, ce qu'on pense et ce qu'on ressent :

- La première de ces habitudes est celle que je nomme les personnes de confiance. Regardez bien autour de vous, dans tous les gens que vous connaissez, combien de personnes sont-elles pour vous des personnes de confiance ? Avec qui vous vous sentez en parfaite harmonie et en parfaite sécurité ?

Je vous pose la question : Avez-vous un confident ou une confidente ? J'utilise évidemment à 100 % ce dont je parle et j'ai la chance immense d'avoir quelqu'un avec qui je peux tout dire, vraiment tout, qui va toujours être bienveillant à mon égard et ne jamais tourner en dérision ce que je dis.

Ce genre de personnes sont plus que précieuses, il va de soi que j'observe la même écoute avec cette personne, je vous invite vivement à vous trouver quelqu'un de confiance avec qui vous pourrez converser dans la plus totale liberté d'esprit et de cœur. C'est plus que précieux, c'est une bénédiction, je dirais même que c'est une des choses les plus précieuses au monde... et si tout le monde en disposait librement, je suis certain que plus de la moitié des psychologues actuels deviendraient totalement inutiles, au risque d'en froisser quelques-uns.

Je tiens néanmoins à ajouter l'avertissement suivant : la confiance totale doit régner, c'est bien pour cela que je parle de personnes de confiance, n'allez pas raconter ce que vous pensez et ressentez vraiment à n'importe qui, où la situation pourrait devenir bien plus pénible... j'en ai fais l'expérience, je ne vous le conseille pas ! Et je tenais à ajouter que si vous n'avez qu'une personne de confiance... c'est parfait. Le but n'est pas du tout la quantité mais la qualité de cette relation où vous pourrez enfin être vous même et dire vraiment ce que vous pensez et ressentez.






- Si vous n'avez pas la possibilité actuelle d'avoir un ou une confidente, la seconde habitude est encore plus simple : prenez un journal et notez tout. Tout, tout, et tout. Écrivez ce que vous pensez de votre vie, ce que vous pensez des autres, ce que vous auriez envie de leur dire, ce à quoi vous aspirez dans la vie, pourquoi vous êtes heureux en ce moment ou pourquoi vous êtes malheureux en ce moment, etc. Ne vous limitez en rien dans ce que vous écrivez, personne n'est là pour vous juger, mettez-y des insultes si vous avez envie d'insulter, félicitez si vous voulez féliciter, marquez des blagues si vous avez envie de marquer des blagues. N'hésitez jamais à relire ce journal et à y ajouter des choses. Cet exercice est simple mais très puissant, c'est le début de la libération de votre parole, bien souvent on croit que le plus difficile est d'exprimer ce qu'on pense et ressent vraiment aux autres, alors qu'avoir le courage de se le dire à soi-même est souvent l'étape la plus ardue.




Comme je l'explique dans mon livre, c'est en revenant aux choses simples, évidentes, claires et logiques de la vie qu'on peut faire de grands bonds en avant. La tristesse de notre époque intelligente est d'avoir poussé notre intelligence tellement loin (dans l'espace, dans les profondeurs de l'océan, dans le système d'information le plus rapide ayant jamais existé, et dans des milliers d'autres domaines) que nous en avons oublié l'essentiel, le pourquoi de notre intelligence formidable : vivre heureux et en paix, au lieu d'être stressés et oppressés en quasi-permanence par des milliers de choses peu ou pas importantes.

En tout cas, merci sincèrement pour votre attention ! Je suis très heureux de savoir que plusieurs personnes suivent chaque semaine ce blog positif, n'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez que j'aborde un thème en particulier. Les deux articles suivants seront consacrés à comment ne jamais avoir à se dire les deux autres plus grands regrets des personnes avant de mourir, afin que chacun puisse se créer une vie aussi magnifique que possible ! À lire la semaine prochaine : comment profiter au maximum de la vie ? Stratégie N°4 !

En attendant, j'espère que cette semaine vous apportera son lot de bonnes nouvelles et que vous pourrez vous rappeler de toutes les belles choses qui existent déjà dans votre vie !


P.S : N'oubliez jamais qu'il ne faut que 3 minutes pour commencer à changer sa vie !
 
P.S 2 : Si cet article vous a éclairé, n'hésitez pas à en parler avec vos amis !



Sébastien Jean-Richard